Les gauchistes soutiennent la tyrannie, les conservateurs non

il est temps de se séparer


Par Brandon Smith − Le 11 novembre 2021 − Source Alt-Market

L’un des grands débats sémantiques de la dernière décennie a été la tentative permanente de brouiller la définition de « Gauche vs Droite » dans la sphère politique américaine. Par exemple, beaucoup de gens qui sont nouveaux dans le mouvement libertarien (les gens qui sont devenus actifs pendant ou après la campagne de Trump en 2016) ont entendu parler du « faux paradigme gauche/droite », mais ils n’ont aucune idée de ce que cela signifie réellement. Si vous pensez que cela signifie qu’il n’y a pas de camps politiques légitimes dans ce combat et que tout le conflit est théâtral ou manipulé, alors vous êtes mal informé.

Le faux paradigme gauche/droite fait spécifiquement référence à la fausse division au sommet de la pyramide politique parmi les élitistes du gouvernement. Il y a certainement des républicains qui sont conservateurs dans leur rhétorique mais pas dans leurs actions ou leurs politiques, et ils ont tendance à soutenir ou à se ranger du côté des politiciens de gauche régulièrement lorsqu’il s’agit de grosses dépenses et de gros pouvoirs gouvernementaux (il suffit de regarder les républicains qui ont voté en faveur du récent projet de loi sur les infrastructures de Joe Biden).

Les Démocrates et les gauchistes n’ont pas besoin de faire semblant. Ils basent toute leur plateforme sur le collectivisme et la centralisation. Ce n’est pas un secret. Le seul théâtre est dans leurs motivations. Les Démocrates de haut rang prétendent se battre pour le « plus grand bien » des masses alors qu’en réalité ils élèvent et bénéficient à une infime minorité d’élites riches. Ils ne se soucient pas du tout de la vie de leurs électeurs.

Les choses changent radicalement lorsque nous commençons à parler du bas de la pyramide parmi les gens ordinaires. Le spectre politique n’est pas aussi large et nuancé que certains voudraient nous le faire croire et les camps sont beaucoup plus faciles à discerner. Il y a des exceptions à chaque règle et à chaque groupe, mais dire que les groupes n’existent pas est un acte de déni.

Il y a aussi des gens qui se disent « modérés » parce qu’ils pensent que cela les rend plus impartiaux et plus ouverts d’esprit. Ils ne veulent pas donner l’impression de se déplacer vers une extrémité « extrême » du spectre ou vers une autre. Mais, en fin de compte, il n’y a que deux camps dans ce combat : Soit vous êtes en faveur d’une domination intensive du gouvernement sur la vie des gens, soit vous ne l’êtes pas. Et, la grande majorité des personnes en faveur de la tyrannie gouvernementale se situent à gauche de l’échiquier politique. Ils se délectent du totalitarisme, même s’ils n’en bénéficient pas nécessairement.

Oui, il est temps d’arrêter de faire comme s’il y avait une « zone grise » ici et de nommer la situation telle qu’elle est réellement. La gauche politique est obsédée par le contrôle de la façon dont les gens vivent, agissent et même pensent. Des questions telles que la théorie de la race critique, BLM, la censure par les grandes entreprises de technologies, le confinement Covid et les obligations de vaccination ont vraiment clarifié les choses au point que si vous ne pouvez pas voir l’énorme différence entre les gauchistes et les conservateurs, vous êtes volontairement ignorant.

Dans mes derniers articles, j’ai exploré le thème de la gauche politique et son habitude de porter des masques pour cacher sa véritable nature. Nombre d’entre eux soutiennent les politiques socialistes, collectivistes et globalistes tout en affirmant qu’ils sont en faveur de la liberté. Pourtant, lorsqu’ils sont confrontés à des décisions réelles en termes d’autoritarisme unilatéral, la véritable nature du gauchiste moyen se révèle et c’est une chose affreuse à voir.

Utilisons les obligations covid et les vaccins comme un test décisif pour un moment – Sondage après sondage après sondage indique qu’un nombre écrasant de Démocrates (environ 80%) applaudissent aux obligations et continuent à les défendre même après presque 2 ans d’échecs et un manque d’honnêteté scientifique. Pour ces personnes, les contrôles Covid sont purement politiques et ils plaident souvent en leur faveur comme un moyen d’attaquer les conservateurs plutôt que de « sauver des vies ». Le fait est que, sans leur soutien enthousiaste, les obligations draconiennes n’existeraient pas aux États-Unis.

Maintenant, certaines personnes feront remarquer que les sondages montrent également qu’environ un quart des républicains soutiennent une certaine forme de contraintes et de vaccination, mais voici la différence : Les républicains et les conservateurs sont en fait prêts à s’engager dans un débat honnête sur les mérites scientifiques et sociaux des mandats. La grande majorité des Démocrates et des gauchistes ne sont absolument pas intéressés. Ils considèrent toute opposition comme un acte de trahison, et tout débat comme un crime de pensée commis par des « excentriques » et des « théoriciens du complot ».

Il s’agit d’une tactique plutôt commode, car les gauchistes n’auront jamais à défendre leurs propres hypothèses et croyances dans un forum public sur un terrain équitable ; ils peuvent simplement dire que toutes les preuves présentées sont « sans valeur » parce qu’elles sont présentées par des ennemis traîtres. Tout ce qu’ils font, aussi destructeur ou oppressif soit-il, est ainsi justifié par l’affirmation que les conservateurs représentent une insurrection contre la « démocratie » plutôt que des Américains honnêtes avec des préoccupations honnêtes.

Il convient également de noter que le soutien minimal des républicains aux obligations n’a cessé de diminuer au fur et à mesure que de nouvelles informations sont publiées, qui contredisent le discours dominant sur l’efficacité des vaccins, et que Joe Biden continue d’utiliser les vaccins comme un moyen de prendre le pouvoir sur les entreprises privées. Pourtant, le soutien des Démocrates est plus élevé que jamais.

Ces dernières années, j’ai vu les gauchistes défendre en masse l’endoctrinement des enfants américains avec la TCR, qui enseigne aux enfants blancs qu’ils sont tous des oppresseurs foncièrement mauvais et aux enfants noirs et bruns qu’ils sont tous des victimes perpétuelles qui ne peuvent s’aider eux-mêmes. Lorsqu’ils sont interpellés, les gauchistes prétendent alors que la TCR « n’existe pas » ou ne représente pas ce que les conservateurs disent qu’elle représente. Il suffit de lire leurs propres livres pour voir que c’est un mensonge.

Si vous êtes prêt à vous lancer dans la folie du livre « Théorie critique de la race : les écrits clés qui ont formé le mouvement« , vous verrez que tout ce que les conservateurs mettent en garde contre la TCR est vrai. Ce livre est édité par Kimberle Crenshaw, largement considérée comme la cofondatrice de la théorie critique de la race et de l’« intersectionnalité ». C’est également un livre que vous trouverez utilisé comme support d’enseignement dans la plupart des cours de sciences sociales dans la plupart des universités.

J’ai vu des gauchistes soutenir les émeutes de BLM et la destruction de propriétés privées à travers le pays tout en les qualifiant de « protestations pacifiques ». J’ai également vu BLM recevoir des centaines de millions de dollars de la part des entreprises et des institutions globalistes qu’ils prétendent détester.

J’ai vu des gauchistes défendre la censure de Big Tech à l’encontre de toute personne ou groupe qui ne serait pas d’accord avec le récit Woke, au point que les conservateurs doivent maintenant constamment éditer eux-mêmes les mots et phrases clés pour que les algorithmes ne fassent pas automatiquement dérailler leurs comptes, et pour que les gauchistes ne puissent pas qualifier leurs commentaires de « discours de haine » ou de « désinformation médicale ».

J’ai vu des gauchistes soutenir avidement les confinements Covid et la destruction arbitraire de centaines de milliers d’entreprises comme « non essentielles« . Je les ai vus défendre agressivement le port des masque obligatoire malgré le fait que les États rouges qui ont supprimé cette obligation avaient les mêmes taux d’infection, voire des taux inférieurs. Maintenant, je suis témoin de leur joie fébrile alors qu’ils contribuent à imposer la vaccination expérimentale forcée par le biais d’obligations fédérales et étatiques, en utilisant la menace du chômage pour intimider ceux qui ne s’y conforment pas.

Entre-temps, nous avons vu les conservateurs devenir la majorité écrasante des personnes en opposition directe à toutes ces activités totalitaires. Et aujourd’hui encore, je continue à voir des gens essayer de faire valoir qu’il n’y a pas de camp et que les conservateurs sont « aussi mauvais » que les gauchistes. Soit ces personnes ne comprennent pas ce qu’est un conservateur, soit elles déforment délibérément la réalité parce qu’elles ont un programme.

L’essentiel est que la preuve se voit dans l’action : Les états rouges sont libres, les états bleus sont asservis. Il n’y a pas moyen de contourner cela.

Le débat est terminé, du moins en ce qui concerne la gauche et la droite. Les différences sont flagrantes et douloureusement évidentes. Les endroits où la population est majoritairement conservatrice luttent toujours contre les obligations, tandis que les endroits où la population est majoritairement gauchiste perpétuent la tyrannie. On ne peut pas le nier. On ne peut pas l’argumenter. C’est la réalité. À notre époque, si vous voulez être libre, assurez-vous d’être entouré de conservateurs, ou devenez conservateur.

Il n’y a pas un seul État bleu dans le pays qui ne soit pas sur le sentier de la guerre pour faire appliquer les obligations de vaccination de Biden. Il n’y a pas une seule ville bleue dans le pays qui n’essaie pas d’enseigner subversivement la TCR dans les écoles. Et, il n’y a pas une seule région bleue dans le pays qui ne soit pas obsédée par le wokisme et le globalisme. La vérité est que l’Amérique s’est divisée en deux cultures complètement différentes avec deux objectifs sociaux complètement différents.

Bien sûr, il y a quelques nuances en termes de géographie. Les États bleus, par exemple, sont souvent traversés par des comtés rouges qui n’apprécient pas les politiques du gouvernement de l’État, mais cela ne change pas la réalité du clivage politique global. J’ai également remarqué que la plupart des Européens et des Britanniques et Australiens n’ont aucune idée de ce qu’est un conservateur. Ils pensent qu’un conservateur est un corporatiste. Ils ont été endoctrinés par leurs systèmes majoritairement socialistes et gauchistes pour traiter le mot « conservateur » comme un mot de quatre lettres. Les personnes de ces pays qui s’opposent à l’agenda gauchiste se qualifient généralement de « libéraux traditionnels », mais en réalité, ce ne sont que des conservateurs qui ont peur de s’appeler conservateurs.

Je parle spécifiquement de la dynamique américaine, cependant, et dans ce pays, les deux camps sont clairement définis.

Je pense qu’il existe également une sous-section de la population qui ne veut pas admettre qu’une séparation des États-Unis est en cours, même si c’est un fait. Ils veulent croire que le faux paradigme gauche/droite s’applique à la population ordinaire parce qu’ils ne veulent pas accepter l’inévitabilité de l’éclatement de notre pays. Ils veulent croire que si nous nous occupons simplement des élites au sommet de la pyramide, la division à la base disparaîtra tout simplement. C’est naïf.

Il existe des principes et des idéaux qui s’excluent mutuellement ; ils ne peuvent pas exister en même temps dans une même société. Il y a des moments dans l’histoire où les tribus se forment et où les cultes s’élèvent, et généralement ces groupes se développent à partir d’un désir de contrôler les autres ou d’un désir de rester libre. Nous vivons à une telle époque.

La gauche politique, selon toutes les mesures et statistiques, est l’antithèse des principes conservateurs de petit gouvernement, de décentralisation, de liberté personnelle, de marchés libres, de valeurs familiales, etc. Cela ne signifie pas que tous les conservateurs sont d’accord sur tous les aspects de la société. Nous ne partageons pas tous la même ferveur religieuse, ni l’adhésion à la même dénomination. Nous n’avons pas tous les mêmes idées sur ce qui constitue le « mérite », et les choses que nous apprécions en termes de traits de caractère et de choix de vie varient. Nous ne sommes certainement pas tous d’accord sur les solutions aux problèmes et aux ennemis auxquels nous sommes confrontés chaque jour, ce qui explique pourquoi l’organisation de la résistance aux mandats a demandé tant de temps et d’énergie. Cela dit, nous sommes TOUS d’accord pour dire que l’agenda gauchiste est un poison et que nous ne pouvons pas continuer à vivre avec.

J’ai entendu dire que si les États-Unis sont divisés en deux parties, cela nous affaiblira face aux menaces extérieures. De nombreux conservateurs n’aiment pas accepter les notions de sécession ou le paradigme gauche/droite parce qu’ils craignent une agression étrangère de la part de pays comme la Chine, par exemple. Je tiens à souligner que ce raisonnement manque de sens des priorités. Nous devons d’abord nous occuper des gauchistes/socialistes/communistes chez nous avant de nous occuper des communistes à l’autre bout du monde.

Maintenir ce mariage défunt entre la culture gauchiste et la culture conservatrice juste pour sauver les apparences est la politique la plus destructrice que nous puissions avoir à long terme. Voici ce que je pense : Si nous nous séparons, il y a deux résultats possibles – Nous suivons nos propres chemins de manière pacifique et les États conservateurs continueront à réussir économiquement et socialement parce que nous aurons la liberté, tandis que les États de gauche continueront à s’enfoncer dans la dette et à saigner les citoyens en raison de l’oppression. Ou bien, nous nous séparons et les gauchistes essaient de nous arrêter par la force, et nous entrons en guerre. Et ne vous y trompez pas, ils finiront par perdre une telle guerre.

Cette dernière option n’est pas la plus agréable, mais dans les deux cas, la liberté demeure dans le monde. Il est temps d’arrêter de considérer la séparation et la division comme intégralement mauvaises. Parfois, elles sont saines et nécessaires. La vieille expression « diviser pour mieux régner » est mal adaptée à notre situation particulière. Souvent, les nations et les cultures sont conquises de l’intérieur parce qu’elles refusent de se séparer de la racaille et de définir leurs limites morales. Le droit de diviser est en fait l’une des formes de liberté les plus puissantes qui soient, et c’est l’une des plus grandes protections contre les mouvements autoritaires gauchistes qui nous entourent.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour versouvaton.wordpress.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s